Êtes-vous certain que ça ira mieux demain ?
1 min de lecture

Êtes-vous certain que ça ira mieux demain ?

Dans la situation actuelle, le meilleur moment c'est certainement maintenant.
Êtes-vous certain que ça ira mieux demain ?

Attendre en espérant que les choses s’améliorent c’est placer le résultat hors de notre contrôle.

Et puis c’est aussi partir du principe qu’il y a des chances que les choses s’améliorent. Ce qui n’est pas toujours le cas.

Prenons la croissance par exemple.

Si nous avons vécu dans un monde où la croissance économique était garantie d’année en année, c’est parce que jusqu’à aujourd’hui on avait les moyens de produire toujours davantage.

Mais revenons aux sources de la croissance :

Croissance = chaque année, nous créons un peu plus de valeur.

Pour créer un peu plus de valeur, il faut plus de moyens de production.

Pour avoir plus de moyens de production, il faut davantage d’énergie (pour utiliser ET créer).

Donc pour avoir de la croissance = nous avons besoin de toujours plus énergie.

Or nous avons un stock limité d’énergie. Pétrole, gaz, charbon sont des énergies fossiles et représentent la majeure partie de nos consommations actuelles.

Nous avons un stock limité et nos besoins ne cessent d’augmenter. Dans une situation comme celle-ci, les mathématiques sont formelles : nous allons devoir diminuer nos consommations le temps de trouver une solution viable.

Décroissance = moins de valeur créée chaque année.

La tendance va inévitablement vers le consommer moins. Moins d’énergie disponible chaque année = moins de croissance, voire certainement une décroissance.

Finalement, ceux qui attendent que la croissance revienne pour investir n’ont pas la bonne stratégie. Ils foncent tête baissée dans un mur.

Aujourd'hui, remettre le sort de ce qui adviendra à l'espoir que les choses s'améliorent n'est pas une option.

Dans un monde qui va inévitablement vers la décroissance, ou, disons vers l’inconnu au moins, le meilleur moment sera toujours maintenant.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous