Thomas Schmitt

Thomas Schmitt • 25 ans • J’écris sur ce que j’apprends au quotidien • Keep it simple stupid

Le confinement bouleverse nos relations sociales

Il entraine des changements dans nos cercles sociaux et un mauvais présage pour l’avenir

Le confinement bouleverse nos relations sociales

Depuis le 7 mars 2020 à 12 h les contacts physiques sont restreints.

Pour de nombreuses personnes, fêter le weekend de Pâques loin de nos familles a été une première.

Pour ceux qui partagent notre foyer, rien de neuf sous l’oreiller.

Pour notre famille, nos amis et nos collègues par contre, la plupart de nos contacts sont devenus virtuels.

Les outils numériques ont été inventés pour faciliter les communications. Aujourd’hui plus que jamais, ils remplissent leur rôle à la perfection.

Quelles seront les conséquences de ce changement brutal dans nos relations ?

Des changements dans nos cercles sociaux

Je me suis retrouvé surpris de certains changements dans mon cercle social. Les relations évoluent. Pour moi, certaines se sont améliorées, d’autres à l’inverse sont devenues absentes.

Des contacts professionnels sont devenus amicaux.

À l’inverse, certains amis sont portés disparus.

Et ma famille s’est rapprochée, merci FaceTime.

Il y a eu un avant, il y aura un après.

Les petits problèmes ont disparu sous le soleil de l’entraide et de la solidarité.

Des conflits familiaux latents ont été mis en évidence, puis résolus.

Mes grands-parents ont été plus que ravis de pouvoir me voir à travers leur iPad.

Je me suis même surpris à dire « Je devrais continuer de prendre des nouvelles de mes parents aussi souvent quand ce sera terminé ».

Mauvais présage pour l’avenir de nos relations ?

La grande question que je me pose aujourd’hui est : comment va se passer l’après ?

Serons-nous toujours aussi joyeux de faire la bise à de vieux amis perdus de vus ? Ou deviendrons-nous méfiants avant de serrer la main à nos collègues le matin ?

Que dirons-nous à nos enfants quand ils courront dans les bras de leurs grands-parents ?

Plus que tout, saurons-nous revenir à des contacts physiques simples avec nos proches ?

Je vous avoue que j’ai peur… Oui, j’ai peur que l’on se dirige doucement vers une société où le contact physique sera synonyme d’appréhension.

Cette personne s’est-elle lavé les mains juste avant de me dire bonjour ?

Alors oui, le confinement m’a rapproché de certains et m’ont éloigné d’autres. Certainement, car nos priorités ont changé. Cependant je suis humain, et même si un peu introverti, j’ai besoin de contacts.

J’ai besoin d’enlacer mes parents, serrer mes amis dans les bras et saluer mes collègues avec joie. Je ne veux pas avoir peur, mais ai-je vraiment le choix ?


À lire aussi

Coincé à la maison ? Les 4 grandes étapes pour transformer le confinement en opportunités
Je viens de démissionner et mon prochain employeur est fermé à cause du COVID-19. Je me retrouve avec deux semaines (ou… medium.com

Vous aimez mes articles ?
S'abonner

Recevez les prochains par email. Pas de spam, pas de pub. Juste mes articles, c'est promis.

Vous vous êtes abonné avec succès à Thomas Schmitt
Welcome back! You've successfully signed in
Félicitations ! Votre compte est activé, vous avez maintenant accès à tout le site.